la santé

La vie dure fait des gens solides.

On n’avait pas le temps d’être malade et les médicaments se faisaient rares.

Chaque maisonnée avait ses remèdes et la pharmacie se réduisait à sa plus simple expression. Elle était d’ailleurs souvent absente totalement.

En campagne, les accouchements se faisaient à la maison et le médecin, hiver comme été devait se déplacer, et il n’était jamais sûr d’arriver à temps en cas de tempête de neige.

Les routes du Québec n’étaient pas toutes déneigées en hiver, les campagnes étaient parfois complètement isolées.

La découverte de l’autoneige par Armand Bombardier en 1936 les a beaucoup aidés. Cette voiture sur chenilles, capable de braver les pires tempêtes de neige a permis aux médecins d’accéder aux malades en tout temps et surtout de rassurer les mamans qui les attendaient impatiemment à la maison.

Quand les gens mouraient, ils étaient exposés dans la maison qui s’ouvrait aux visiteurs, parents, voisins et amis qui venaient « veiller au corps. »

On préparait des sandwiches pour réconforter les visiteurs et l’hiver, on devait faire de la place aux chevaux dans l’étable pour les protéger du froid.

Réalisé par
Suzanne Saint-Amour et Jonathan Laplante
2016
25:58

Participants

                  Carmen Laplante

                  Bernadette DaSylva

                  Françoise Laflamme

                  Madeleine Thivierge

                  Rosaire Lépine

                  Suzanne Gloutnez

                  Yvan Daudelin

450-446-2261

© 2015 Collection St-Amour

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now